Comment cela fonctionne-t-il ?

Suivant lésotérisme occidental, l’être est constitué de plusieurs corps, les corps subtils. Entre le plus élevé, le corps divin, qui a pris la décision de s’incarner, et le corps physique, il existe d’autres corps qui relaient l’énergie et l’organisent pour que tous les niveaux fonctionnent.

Cette présentation correspond aux trois niveaux de manifestations : esprit, âme, corps.

Pour la psychologie, cela correspond au : sur-conscient, conscient, corps et subconscient.

Toutes les manifestations de notre réalité sont issues d’autres réalités, invisibles à nos yeux. Elles sont comme des dimensions différentes qui s’emboîtent les unes dans les autres, à la manière des poupées russes, et dont chacune contient la programmation de la suivante, de la plus dense, corps physique, visible, au plus spirituel, invisible.

Tous ces corps sont alimentés par l’énergie subtile de la vie (énergie vitale, souffle) : le prâna pour les Hindouistes, le chi pour les Taoïstes, le ki pour les Japonais, la bioénergie pour les scientifiques, etc… Les canaux d’énergie et les centres énergétiques véhiculant cette énergie s’appellent nadis et chakras pour les Hindouistes.

Suivant le magnétisme, notre corps est un champ vibratoire et énergétique constitué de milliards de particules de lumière.

Nous sommes tous détenteurs du fluide de guérison, mais chez certaines personnes celui-ci est plus développé. Par ce don, le magnétiseur transmet l’énergie au consultant sur place ou à distance. Il rétablit l’équilibre énergétique du corps.

Suivant la science, voici un extrait de l’article de Erik Pigani de Psychologies Magazine sur l’essor des thérapies quantiques, basées sur le postulat suivant : nos cellules émettent des informations, qui déterminent notre état de santé et sur lesquelles il est possible d’agir : explications

Les « thérapies quantiques », ou la « médecine quantique », nous demandent de voir la vie, la santé et la maladie d’une toute autre façon : notre corps n’est plus un assemblage d’organes à traiter séparément, comme le fait la médecine conventionnelle, c’est un champ vibratoire et énergétique constitué de milliards de particules de lumière – des photons – qui échangent en permanence des informations, un univers lumineux dans lequel l’esprit et la matière ne font qu’un. Avec une idée clé : ce ne sont pas les échanges biochimiques de nos cellules qui déterminent notre état de santé, mais les informations qu’elles se communiquent entre elles. Ici, l’origine de la maladie n’est donc pas un problème purement biologique, mais un défaut d’information ; le symptôme n’est qu’une réaction à ce dernier.

L’idée repose sur des dizaines d’années de recherches, commencées il y a un siècle avec Albert Einstein et ses travaux sur la nature de la lumière.

Pour comprendre le fondement de la médecine quantique : les ondes électromagnétiques sont en même temps des photons. Ces photons du corps humain sont … des particules de lumière émises par nos cellules… Ces minuscules courants lumineux, invisibles à l’oeil nu, portent les informations et contrôlent notre organisme. Mais pas n’importe comment.

L’une des découvertes les plus importantes de la physique quantique, reprise et développée dans la thérapie quantique, est, en effet, la théorie des « champs énergétiques » : ce sont eux qui organisent et contrôlent notre corps. Ils forment un tout. En somme, le corps humain est une structure organisée d’informations. Ce que les Chinois ont compris depuis longtemps avec l’acupuncture, qui traite les flux d’énergie du corps ; ou les Indiens, avec leur médecine ayurvédique qui traite le « corps de lumière » et ses chakras…

Les appareils de biofeedback quantiques sont conçus pour détecter les ondes électromagnétiques, les « fréquences » émises par chacune des cellules de notre corps. Lorsque certaines sont brouillées ou « fausses », l’appareil renvoie des fréquences « justes » afin de corriger le problème …

Pour accéder à l’ensemble de l’article